À la découverte de Karine Robert, co-fondatrice de Cur’ Caraibes

on 23 juin 2016
curcaraibes_sirop_guadeloupe_outremer

Je m’appelle Karine ROBERT, j’ai 34 ans et je suis une guadeloupéenne fière de mon île !

Mon associé, Fabien et moi, œuvrons pour vous faire découvrir de savoureux sirops artisanaux à base de curcuma et de gingembre de la Guadeloupe.

 

  1. Quel est votre parcours et pourquoi vous êtes-vous lancée dans cette aventure ? 

Je suis diplômée d’un Master de Management et gestion des ressources humaines. J’ai étudié à l’IAE de Lille et j’ai effectué mon stage de fin d’études chez Leroy Merlin, au service Ressources Humaines du Siège social. Dès la fin de mon stage, j’ai été embauchée au magasin Leroy Merlin d’Angers où j’ai évolué en tant que Chef de secteur du service clients. J’ai ensuite été mutée 3 ans au magasin Leroy Merlin de La Roche sur Yon en Vendée. J’ai passé 7 superbes années au sein de cette enseigne du bricolage, j’ai appris à travailler avec des personnes formidables qui m’ont appris à être dans l’excellence, à travailler dur, à persévérer et surtout, à entreprendre.

En 2012, mes parents préparent tranquillement leur retraite et créent le sirop de curcuma. Ils envisageaient une activité pour l’avenir, qui les occuperaient.

Fabien, mon associé et ami, a découvert le produit en Guadeloupe, et a eu l’idée de proposer ce produit exceptionnel en Métropole.

curcaraibes_sirop_guadeloupe_outremer (1)

Karine et Fabien, fondateurs de Cur’ Caraibes

Comme je ne fais pas les choses à moitié, je ne me voyais pas cumuler les 2 activités : je risquais de délaisser mon activité principale afin de me concentrer sur ma nouvelle activité. J’ai donc demandé à Leroy Merlin de pouvoir bénéficier d’un congé pour création d’entreprise en 2013, pour me permettre de tester le produit et d’envisager un avenir différent.

Malgré mon attachement à Leroy Merlin, les premiers retours des clients quant à la nouveauté et à l’originalité de nos produits (sirop de curcuma, de curcuma-gingembre et de gingembre) m’ont incité à quitter définitivement mon précédent emploi pour me lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat. Ma famille m’a toujours soutenue. Ils sont fiers du parcours que nous effectuons avec leurs créations.

 

  1. Quels sont vos atouts ?

(Rires). Les antillais ont parfois une réputation de « nonchalants » eh bien, j’aime bien faire taire les mauvaises langues. Je ne fais pas les choses comme « tout le monde ». J’ai quitté la Guadeloupe après la BAC, j’étais encore mineure. Je suis partie étudier à Lille et j’ai passé 6 superbes années à étudier. Je ne suis pas du genre « première de la classe ». Par contre, j’ai une bonne mémoire, qui est une forme d’intelligence. Je ne suis pas studieuse mais ma mémoire m’aide. Je ne note pas, je me souviens. Je ne range pas consciencieusement les papiers, ma mémoire visuelle les retrouve. De belles années étudiantes pleines de fous rires, de folies, d’amitiés et d’insouciance.

Aujourd’hui que j’ai appris à travailler dans un milieu exigeant et même si mon caractère n’a pas spécialement changé, je prends moins de risques. Je note, je classe. J’ai grandi !

J’aime travailler dans l’urgence et je dois dire que c’est là que je me sens la plus efficace. La grande distribution est réputée pour ça. Je trouve que ça permet d’aller à l’essentiel. Je suis quelqu’un de juste et d’équitable. Je suis persévérante et je me fie à mon intuition. Si je veux quelque chose, je travaille pour l’obtenir. On n’a rien sans rien. Je suis honnête en amitié et en affaires. Nos clients, aujourd’hui apprécient beaucoup la relation que nous avons avec eux.

 

  1. Expliquez-nous votre façon de travailler ?

Nous sommes un binôme atypique, en mode start-up. Notre relation avec nos clients et futurs clients est basée sur la relation. Nous partageons des valeurs communes : la Relation clients.

Nous travaillons la moitié de l’année en Guadeloupe pour la production et l’autre moitié de l’année en France ou à l’étranger pour la distribution et la promotion.

Pour la production en Guadeloupe :  Nous participons à la totalité du processus de fabrication, de la récolte à la fabrication du sirop en passant bien sûr par les différentes étapes du processus. Beaucoup ont du mal à nous imaginer les mains dans la terre, à la récolte. Mais c’est bien vrai : 2 fois par an, nous partons en Guadeloupe pour des périodes plus ou moins longues, pour préparer la prochaine « tournée ».

curcaraibes_sirop_guadeloupe_outremer (3)

La récolte!

Tant que nous sommes en Guadeloupe, nous assurons aussi le développement du réseau de distribution sur place. Le produit est vendu dans une quarantaine de pharmacies, en épiceries fines et en distilleries (rires). 

Pour la commercialisation en Métropole : tous les 15 jours, j’appelle nos clients pour savoir si tout se passe bien, s’ils ont besoin de fiches recettes, de dégustations. Nous nous impliquons dans leur commerce. Nos produits sont souvent parmi leurs meilleures ventes.

Nous ne prospectons pas au sens propre du terme : c’est à dire que nous ne démarchons jamais par téléphone ou par email. Nous nous rendons dans une ville, nous nous baladons, nous prenons connaissance de l’environnement. Il y a toujours un moment où nous sommes attirés par un lieu atypique. LE lieu ! Nous entrons dans la boutique d’abord en tant que clients (nous sommes de grands buveurs de thé et de café et ce sont en majorité nos clients). Si nous nous sentons bien dans cet endroit, et que nous avons la chance d’échanger avec le patron (ou la patronne), nous en venons à parler de ce que nous faisons dans la vie…C’est pour cela qu’il est important pour nous de maintenir un contact régulier. Ils nous connaissent, ils nous suivent et ils s’intéressent à notre success-story.

  • Et de décompresser

Nous avons peu de moments de répit. C’est une aventure passionnante.

Autant vous dire qu’entre la Guadeloupe, l’Angleterre, le Moyen-Orient et la France, il y a toujours quelque chose à faire. Jamais d’ennui.

Lorsque je suis à Angers, chez moi, je travaille encore. L’administratif, la gestion, la communication, le site internet, les fiches recettes en cours de préparation, la logistique avec la Guadeloupe, les relations avec les institutions (CCI Maine et Loire, Région Guadeloupe, Business France pour l’international), toujours des projets en cours et c’est passionnant. Il est vrai que cela laisse peu de place au plaisir mais je ne dis pas non à une invitation pour un dîner entre amis (rires). Les journées sont longues parfois.

 

  1. Quels sont les plus grands défis que vous souhaitez relever ?

Les grands défis ? Tous les jours nous nous lançons des défis. Ce sont nos projets en cours. Tout va vite. Jamais au moment de la création de Cur’ Caraibes, nous aurions imaginé partir au Moyen Orient présenter les produits, être accueillis par les représentants de Business France, déjeuner à la Résidence de l’Ambassadeur de France au Liban ou à Dubaï. Nous sommes fiers de représenter la Guadeloupe à travers le monde. Nous saisissons les opportunités qui s’offrent à nous, nous sommes réactifs. Nous travaillons actuellement à 2 nouveaux produits mais nous souhaitons que ces produits soient à la hauteur de nos sirops. Nous prenons donc le temps suffisant pour atteindre l’excellence une nouvelle fois. Je ne vous en dis pas plus…secret.

  • Votre but ultime ?

Nous souhaitons représenter la Guadeloupe et ses richesses à travers le monde. Nous avons fait de Cur’ Caraibes un label de qualité. Nos clients savent que nos produits sont d’une qualité sans égale et nous souhaitons continuer à travailler de cette manière.

Il est facile de faire du « moyen ». Nous souhaitons continuer à faire de l’Excellent ! et c’est notre but : « de l’Excellent made in Guadeloupe dans le monde entier ! »

 

  1. Est-ce que votre savoir-faire à une portée politique ?

Non. Nous avons à cœur de promouvoir la Guadeloupe autrement. Nous voulons montrer que nous savons faire des produits de qualité aux Antilles. En dehors des fruits et légumes, nous connaissons peu les produits agro-alimentaires de chez nous.

Nous sommes le seul produit de Guadeloupe à être vendu en épicerie fine en France et dans tous les pays que nous avons visité d’ailleurs. Nous sommes fiers de représenter les couleurs de notre ile, si riche en saveurs et en soleil.

 

  1. Quel est votre indispensable produit beauté ?

Mon produit beauté favori est pour les cheveux. Un masque à base d’huile d’argan. Je l’utilise systématiquement après chaque shampoing pour éviter à mes cheveux d’être secs. Ils ont tendance à sécher en métropole (rires).

 

Les mots de la fin

C’est une aventure extraordinaire qui demande sacrifice et persévérance mais qui nous procure tellement de bonheur ! Nous avons la chance de promouvoir des produits uniques et d’être accompagnés par les Institutions : Ministère des outre-Mer, Mission régionale des Entreprises de Guadeloupe, Business France, CCI Maine et Loire… autant d’acteurs du développement des entreprises que nous remercions !

Un mot spécial pour mes parents qui font tout pour réussir à fournir suffisamment de sirops pour satisfaire la demande. Ils se donnent beaucoup pour notre projet commun et nous les en remercions aussi !

curcaraibes_sirop_guadeloupe_outremer (2)

Dans nos bouteilles, vous avez un travail manuel et artisanal dans un flacon luxueux. L’artisanat ne veut pas dire bas de gamme, loin de là. Mais le packaging attire l’œil et suscite l’intérêt. Nous y sommes attachés. Il doit être à la hauteur de la qualité de nos produits. Ils s’utilisent tous les jours aussi bien en cuisine, que dans des boissons alcoolisées ou non alcoolisées, pour sucrer un thé, un fromage blanc, un yaourt, dans un rhum… peut être un livre de recettes en perspective ? (Rires)

 

Pour retrouver toutes les actualités de Cur’ Caraibes sur la toile :

Merci à Karine pour ce portrait et beaucoup de succès pour tous vos projets !