À la découverte de Mary Nguetta, la créatrice du site Pagnifik

on 10 juin 2016
mary_nguetta_pagnifik_wax_mode africaine

Mary Nguetta est la créatrice du site Pagnifik, dédié à la mode inspirée d’Afrique. C’est en 2012 que Pagnifik a vu le jour pour montrer la diversité et la beauté de cette mode.

Dans ce portrait, Mary nous parle des débuts de Pagnifik, de ce qui la motive et l’inspire.

À noter le rendez-vous Wax a Wonderful World du 9 Juillet à Paris pour une journée de shopping grâce à la présence d’une vingtaine de marques, de découvertes culturelles et d’animations pleines de surprises.

pagnifik_wax awonderful world_wax_mode africaine

 

  1. Quel est votre parcours et pourquoi vous êtes-vous lancée dans cette aventure ? 

J’ai créé Pagnifik comme un blog au cours de l’année 2012. L’idée toute simple partait de la volonté de parler des marques et créateurs qui mettaient les imprimés africains à l’honneur. J’aimais moi-même ces imprimés mais ignorait comme beaucoup à l’époque que certaines marques s’étaient spécialisées dans le prêt-à-porter sur ce créneau.

C’est la raison qui m’a poussé à lancer le blog, à réaliser des interviews avec les marques et créateurs. Au fil du temps, j’ai réussi à fédérer une communauté sur Facebook notamment et à faire découvrir de plus en plus de marques.

J’ai été la première surprise par l’engouement que le blog a suscité. C’est ce qui m’a poussé à être régulière dans les publications, à enrichir le contenu et à proposer de nouvelles rubriques.

 

  1. Quels sont vos atouts ?

Mon principal atout est je pense d’avoir une grande capacité de travail. Beaucoup de personnes croient à tort que je travaille sur Pagnifik à temps plein. Pourtant, il n’en est rien. J’ai un métier à temps plein, plutôt prenant d’ailleurs (Consultant en organisation dans le milieu bancaire) et le temps que je consacre à Pagnifik est pris sur mon temps libre.

Je prends à cœur les différentes activités auxquelles je me consacre et j’essaie d’exploiter de la meilleure manière possible mon temps.

Aujourd’hui, et si j’en crois les retours que j’ai, Pagnifik est devenu une référence quand on parle de mode africaine dans le milieu francophone. C’est en quelque sorte un atout car j’ai une audience régulière et croissante, qui prend plaisir à découvrir de nouveaux créateurs, de nouvelles tendances et des événements via ce canal.

Mais c’est en même temps un challenge et beaucoup d’investissement.

 

  1. Expliquez-nous votre façon de travailler ?

Comme dit précédemment, le temps que j’investis sur Pagnifik est pris sur mon temps libre. Donc en journée, je suis occupée sur mon poste en entreprise.

Pour assurer la rédaction des articles pour Pagnifik, je passe beaucoup de mon temps sur les réseaux sociaux. J’y déniche de nouvelles marques, de nouvelles collections (Instagram et Facebook), mais aussi des blogueuses qui mettent bien en valeur des tenues MADE IN AFRICA ou inspirées d’Afrique. Je lis des articles de fonds sur la mode, les tendances et je m’informe aussi sur les bonnes pratiques en matière de community management (via Twitter).

Je publie des articles en fonction de mes disponibilités et de l’actualité.

J’investis également de mon temps pour animer la communauté Pagnifik sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram).

 

  1. Quels sont les plus grands défis que vous souhaitez relever ? 

En 2014, j’ai organisé la première édition de Wax a Wonderful World, un lieu de rencontre entre les marques et le public intéressé par les créations inspirées d’Afrique. En fait, en créant ce salon, l’idée était de faire passer Pagnifik du virtuel au réel. En effet, ceux qui visitent le site et suivent Pagnifik sur les réseaux sociaux sont autant des créateurs et stylistes que des personnes que la créativité africaine en matière de mode intéresse.

En plus donc de l’exposition-vente, je réfléchis à chaque fois à incorporer des activités qui peuvent favoriser les échanges et permettent aux personnes qui viennent de passer un bon moment et faire des découvertes, apprendre des choses.

La dernière édition en Décembre 2015 avait un volet Culture animé par la créatrice du site Black Note l’agenda. Cette collaboration a permis d’apporter un vrai plus au salon.

Pour l’édition de Juillet 2016, c’est l’association Cori et Art qui prend en charge le volet Art et Culture.

Pour revenir à la question, je dirai que le premier défi que je souhaite relever est de réussir à faire du salon Wax a Wonderful World une référence.

Je pense également à en organiser une édition à Abidjan ma ville natale.

 

  1. Est-ce que votre le fruit de votre passion à une portée politique ?

Non Pagnifik n’a pas de portée politique.

Par contre au travers de la valorisation de la mode inspirée d’Afrique, j’espère contribuer à ma manière à faire connaître les filières africaines.

 

  1. Quel est votre indispensable produit beauté 

Je dois avouer que je suis assez minimaliste en matière de produits…

Pour citer un produit valable pour les cheveux et la peau, je dirai l’huile de palmiste. C’est une huile riche, extraite des noix de palme qui a énormément de vertus. Je l’utilise donc comme crème pour la peau et pour réaliser des bains d’huile ou pour sceller l’hydratation de mes cheveux.

 

Les mots de la fin

Des initiatives comme Couleur Beauté qui mettent à l’honneur la beauté noire et les différentes initiatives, c’est appréciable et apprécié ! J’ai été vraiment ravie de répondre à vos questions et je vous remercie.

Pour retrouver toutes les actualités de Pagnifik sur la toile :

Et retrouver toutes les infos du salon sur http://www.waxwonderfulworld.com

Merci Mary pour ce portrait et beaucoup de succès pour tous vos projets !